Quand Thomas Pesquet reviendra sur notre Terre ce vendredi après-midi après sa mission dans la station spatiale internationale, il rejoindra un monde bien différent de celui qu’il a quitté il y a 6 mois. En particulier, l’astronaute qui a profité de sa mission pour faire découvrir via Twitter de superbes photos de notre planète vue de l’espace, et pour mettre en garde contre les dangers et les dégâts déjà visibles du réchauffement climatique, retrouvera une humanité secouée par le retrait des États-Unis des Accords de Paris sur le climat.

Voilà où nous mènent les populismes et le repli sur soi. La décision annoncée hier rendra encore plus difficile l’objectif de limiter la hausse des températures à 1,5 ou 2 degrés. Et l’aide aux pays en développement les plus menacés par les changements climatiques est remise en cause lorsque le second producteur de gaz à effets de serre dit qu’il ne respectera pas ses engagements d’alimentation du Fonds Vert.

Il y a pourtant beaucoup de raisons d’espérer. Nous sommes de ceux qui pensent que la décision de Donald Trump est une chance pour le climat. Elle ne fait que renforcer la détermination des différents piliers qui ont adhéré aux accords de Paris : les États, les industriels, la société civile et les collectivités locales.

Déjà, les États de Californie, de New-York et de Washington annoncent qu’ils reprennent à leur compte l’ensemble des objectifs des États-Unis en matière de réduction des gaz à effet de serre. Les industriels américains critiquent le retrait américain qu’ils considèrent comme nuisible pour l’économie. Union Européenne et Chine sont prêtes à reprendre ensemble le leadership de la lutte contre le réchauffement climatique.

Dans cette nouvelle réalité, les collectivités locales auront un rôle encore plus crucial à jouer. C’est sur le terrain du quotidien que le combat pour le climat se gagnera ou pas. Nombre de nos communes ont adhéré à la Convention des maires pour le climat et l’énergie. Plus de 160.000 habitants de Wallonie picarde sont concernés. Isolation des bâtiments, développement d’énergie vertes, politique de mobilité alternative, promotion du zéro-déchets, etc. Autant de politiques à développer pour apporter notre contribution aux objectifs climatiques tout en innovant, en faisant participer la société civile et en créant de nouvelles filières d’emploi dans nos communes. Militants et mandataires locaux, nous faisons plus que jamais partie de cette vaste alliance planétaire pour répondre à l’un des défis les plus importants du genre humain. À nous de nous montrer à la hauteur !

Share This